Le magnétiseur

Quand je rentrais dans Limoges venant de Saint-Yrieix, je passais devant la plaque d’un magnétiseur.

Je vous recopie ici un thread (un terme utilisé en programmation),

https://fr.wikipedia.org/wiki/Thread_(informatique)

un « fil », d’un twitto (nom de ceux qui twittent) que je suis.

Denis Beauchamp@GrainHedger

Repas dans la belle-famille aujourd’hui, l’occasion de rappeler le métier de feu le grand-père de madame : il était #magnetiseur . A l’époque , pas de #nofakemed , au contraire. Comment ça marchait ??? Très simple

A l’origine le grand-père tenait un magasin de tout et de rien, un « bazar » dans un village au pied des monts du lyonnais à la limite de la Loire et du Rhône

MAIS son gagne-pain, c’était magnétiseur : il soignait tout, ou presque. Sa méthode ? L’écoute. Il savait faire parler les gens . Dix minutes avec lui, et vous lui aviez raconté votre vie en détail. Selon le mal qui vous affectait , il vous disait quand même d’aller à l’hôpital, il était pas fou non plus. MAIS la plupart du temps, les gens qui venaient en consultation n’avaient rien, à part… des soucis d’ordre psychologiques.Alors il écoutait. Et à la fin, pour que le « soin » vous accompagne, il magnétisait un bout de coton, et ce coton il fallait le mettre sous son oreiller, et se coucher bien à plat sur le dos c’était très important.;Munis de ce coton, vous retrouviez le sommeil, la paix et la sérénité. Un mot sur l’effet #placebo, Il a « soigné » des centaines de personnes en près de 30 ans d’exercice. Des clients (oui, à ce niveau c’est pas des patients, il n’était pas médecin) fidèles , qui revenaient chaque mois pour une séance de « magnétisme » dont ils repartaient gonflés à bloc, le moral au top. Il soignait aussi par téléphone en cas d’urgence , ou sur photo, si vous vouliez apporter du bonheur sur une tierce personne. Ça marchait , parce que si ça ne marchait pas c’est que ce n’était pas assez long comme séance.Il se faisait payer évidemment, les gens lui donnaient ce qu’ils voulaient. A l’époque , c’était en francs : 50 francs , 100, parfois plus: ça faisait une somme à l’époque, demande à tes parents. Et les gens lui donnaient souvent beaucoup, car ses soins marchaient !! Untel trouvait du travail, une telle retrouvait sa joie de vivre,machine cessait de broyer du noir. Et tout en liquide, bien sûr .

Il a fait partie de ces gens pour qui le passage à l’euro a été compliqué : il a fallu convertir en euro des sommes assez importantes, en quelques années.

A l’époque, lui et la grand mère payaient toujours tout en liquide . Tu m’étonnes . Il s’est constitué un petit(gros) pécule, sans jamais faire de pub , uniquement avec le bouche à oreille, et sans jamais rien demander en échange que ce que les gens voulaient bien donner. Ça peut paraître fou, mais la campagne fourmillait de rebouteux/passeurs de feu/de personnes qui conjuraient le sort C’était il y a 15 ans, ce n’était pas si vieux que ça t il a dit à sa petite-fille (ma femme, donc) qu’elle aurait un fils en premier , et qu’il ne le connaîtrait jamais. Le grand père est mort le jour où nous avons appris la grossesse de madame . C’était pour #filsainé

Lorsque nous étions étudiants, on recherchait un appartement à #Lyon. Il a pris son pendule qu’il a fait tourner au dessus d’une carte, il s’est stabilisé au dessus d’une rue: « votre futur chez vous sera dans cette petite zone », sans nous le montrer. Je vous laisse deviner OÙ, se trouvait l’appart : dans la zone qu’il avait indiqué . C’est chiant . Ça a beaucoup agacé mon esprit cartésien, mais on avait un déménagement à faire alors on n’y a pas passé le week end non plus. Il me disait que « le don était fort dans sa famille, mais que seul lui et son petit fils savaient l’exprimer » Bon en général à ce stade, je me resservait un Ricard, parce que si on le contredisait il parait qu’il te jetait un sort et moi je suis assez nul en Jedi Et pour ça, il a aidé beaucoup, beaucoup de monde. Il a toujours renvoyé vers le médecin quand c’était autre chose que « rien que le besoin de parler » Parce qu’à la campagne et à l’époque , il n’était pas question d’aller consulter un psychologue ou autre : ça aurait été un aveu de faiblesse, et puis c’est pour les gens de la ville,ça. Mieux vaut aller voir le vieux Johannès, il dira rien à personne et il saura rendre service . Et puis si ça te fait pas de bien, au moins ça fera pas de mal. Il n’en reste plus beaucoup des comme lui, mais il faut être lucide : la propension à faire confiance à ce genre de méthode plutôt qu’à un vrai médecin a toujours existé . Et existera toujours , avec les risques que cela implique en cas de problème réellement grave . « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s