Je me souviens du bâton de comptage partagé (la taille) à la boulangerie Teulier à St-Yrieix

https://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A2ton_de_comptage

« 

Le bâton de taille partagé est une technique courante dans l’Occident médiéval, très majoritairement illettré et perpétuellement à court d’espèces monétaires, qui permet d’enregistrer un échange ou une dette entre deux personnes qui ne savent pas forcément écrire ou lire. Un bâton ou une planchette, souvent en noisetier, est marqué par un système d’encoches dans toute sa largeur, puis fendu en deux dans le sens de la longueur. Chacune des deux parties à la transaction, souvent un acheteur et un vendeur, emporte une des deux moitiés, qui, portant les mêmes marques, représentent donc le même nombre. Si l’achat se renouvelle, des marques peuvent être ajoutées après que les deux moitiés ont été juxtaposées6. Cette technique permet au client de s’assurer de l’exactitude du compte de son fournisseur avant de régler sa dette en comparant l’échantillon resté en sa possession avec la taille du commerçant.

Cet usage se rencontre encore aux XIXe et XXe siècles dans les économies rurales7. Les tailles sont employées par les fournisseurs de marchandises au détail pour faire la preuve de ventes successives identiques et donc souvent d’un crédit. Littré indique que l’on peut ainsi prendre à la taille le pain chez le boulanger8. Giono évoquait en 1932 ce mode de preuve qui se pratiquait encore dans la haute Provence rurale : « On allait avoir la farine de cette moisson et chez qui porter la farine, chez qui avoir son compte de pain, sa taille de bois où l’on payait les kilos d’un simple cran au couteau ? »9.

En France, on appelle taille la partie du bâton qui reste chez le commerçant et contretaille ou échantillon l’autre partie, que conserve l’acheteur »

« L’article 1333 du code Napoléon dispose que « Les tailles corrélatives à leurs échantillons font foi entre les personnes qui sont dans l’usage de constater ainsi les fournitures qu’elles font ou reçoivent en détail. ». Cet article était encore dans le Code civil français jusqu’en 201613,14 et au code civil belge15 ; la jurisprudence montre que ce mode de comptage était encore utilisé et faisait l’objet de contentieux en 188716. L’article 2713 du code civil italien fait également mention de ce procédé de comptage »

Je relis Le Mesnagier de Paris, Lettres Gothiques, Le Livre de poche

« payer régulièrement plutôt que d’attendre une lointaine échéance de crédit sur taille ou papier – bien que la taille ou une pièce écrite vaillent encore mieux que de se fier en tout à sa mémoire. « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s