En vieillissant je m’embois !

Et comme je fais actuellement de la peinture en bâtiment – ce sera la dernière ! pour la vie ! – j’enrichis mon vocabulaire.

J’ai ainsi découvert le verbe emboire.

emboire (v. pron.)

1.(art)se ternir (couleurs d’un tableau), parce que le support a absorbé l’huile.

embu (n.m.)

1.devenu terne (couleur d’un tableau), du fait de l’absorption de l’huile par le support.

Eh oui, en vieillissant on a la peau de plus en plus sèche.

Imbiber, imprégner. A.−TECHNOL. et en partic.SCULPT. ,,Emboire d’huile ou de cire un moule de plâtre, Le frotter d’huile ou de cire fondue, pour empêcher la matière qu’on y coulera de s’y attacher«  (Ac. 1835-1932). B.−PEINT.,emploi pronom. [Le suj. désigne un tableau, ses couleurs] Devenir terne lorsque le support absorbe l’huile ou l’essence. Ce tableau s’emboit (Ac.1835-1932).Rem. On rencontre ds la docum. un emploi au fig. et à la forme active avec le sens de « rendre terne en imprégnant ». Malgré la pluie qui emboit le dehors, la véranda s’éclaire (Plowert 1888).Prononc. et Orth. : [ɑ ̃bwa:ʀ]. Ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. Ca 1165 trans. « imprégner » ici fig. « enivrer, séduire » (B. de Ste Maure, Troie, 28733 ds T.-L.); 1676 pronom. peint. (Félibien Dict. : Quand il y a trop d’huile dans les couleurs, elles sont plus sujettes à s’emboire); 1676 embu part. passé adj. « id. » (ibid.); 1838 subst. (Ac. Compl. 1842). Du lat. class. imbibere (in intensif et bibere « boire ») « se pénétrer de, s’imprégner de ».

Une réponse à “En vieillissant je m’embois !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s