Je me souviens du beurre doux, du beurre doux salé, de la margarine… avant de devenir accro au beurre salé

Dans ma jeunesse arédienne, le beurre était acheté en petites plaquettes. On en consommait avec les radis et avec les pâtes. On ne le laissait pas traîner sur le table pendant tout le repas.

Ma grand-mère paternelle faisait la cuisine principalement au saindoux . Ma grand-mère maternelle, en Périgord, pays calcaire, la faisait à la graisse d’oie. Ma mère la faisait à l’huile d’arachide. De cacahuètes !

Quand nous allions en vacances sur le bassin d’Arcachon, on achetait des morceaux de pains de glace pour la glacière. Et ma mère salait le beurre. Pour le conserver me disait-elle. Je n’aimais pas trop ce beurre salé.

Quand j’ai fait moniteur à la colonie de vacances du Père Fayaud à l’île d’Aix, le beurre était de la margarine. On s’en tartinait d’épaisses couches sur le pain. J’aimais bien. Nous étions donc en avance sur le véganisme du XXIe siècle. On était aussi très écolos. Une seule douche pendant tout le séjour. Et les robinets pour la toilette ne laissaient couler que bien peu d’eau, souvent ferrugineuse et un peu salée. A la maison, c’était un bain par semaine.

Quand je suis arrivé à Nantes dans les années 70 c’était le boum des hypermarchés. Je me souviens des montagnes de beurre. Et on y vendait le beurre en plaques de 500 grammes ou de 250 grammes. Du beurre salé. Bien qu’au musée du château des ducs de Bretagne à Nantes on pouvait voir les ustensiles des paludiers, des maquettes de salines, etc, Guérande n’avait pas encore fait appel aux génies du marketing. On ne nous disait pas d’où venait le sel qui salait le beurre.

Quand on s’est mis au beurre salé, on ne repasse plus au beurre doux !

Le sel c’est comme le sucre.

Quand j’ai fréquenté dans le cadre de mes enseignements la Cie Saupiquet, j’ai appris que quand on fait goûter des petits pois en conserve à l’aveugle, plus c’est sucré, meilleur c’est !

Quand je suis allé parcourir les USA à la fin des années 60, j’ai découvert tous ces obèses. Un étonnement pour un Français. Et l’obésité s’est répandue en France comme la vérole sur le bas clergé breton. On cherche toujours le virus !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Beurre

https://fr.wikipedia.org/wiki/Margarine

https://fr.wikipedia.org/wiki/Saindoux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s