Je sais d’où viennent les « culs-noirs » !

Je lis le passionnant « Cochons Voyage au pays du Vivant », Fayard,Stock de Erik Orsenna

« entre 100 000 et 60 000 ans avant Jésus-Christ, paraissent au fond des forêts d’étranges créatures appelées au plus formidable des destins. « 

Vous avez bien lu  » appelées au plus formidable des destins. « 

Arédiens on parle de vous !

 » Cette famille s’est à son tour divisée en quatre tribus.

Trois d’entre elles ont décidé de rejoindre l’Afrique : les Babiroussa, les Phacochères et les Potamochères. […] la quatrième […] est demeurée en Europe et en Asie.

Ce sont les Sus.

Ces Sus vont à leur tour se diversifier. On n’en compte pas moins de DIX espèces, dont le sanglier du Vietnam, la sanglier des Célèbes, le sanglier de Java, le sanglier nain… celui qui nous intéresse : Sus Scorfa.

C’est lui, l’ANCETRE, LE SANGLIER TUTELAIRE.

Car c’est de lui que vous descendre :

  • le scrofa linnaeus, le sanglier de nos futaies
  • le scrofa domesticus, comme son nom l’indique le sauvage domestiqué, le cochon de nos fermes appelé à devenir le porc de nos assiettes « 

https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2015/02/01/je-suis-un-cul-noir-aredien/

http://boudinochataigne.canalblog.com/

Les Arédiens (les natifs de Saint-Yrieix-la-Perche) sont des culs-noirs et n’en sont pas peu fiers !

Attention ! tout n’est pas pareil chez le cochon et chez l’Arédien !

 » sa verge en érection (du cochon) peut atteindre soixante centimètres. Le gland de son pénis est … en forme de vrille. La croyance populaire se trouve justifiée : il a bien « la queue en tire-bouchon ». Et il peut éjaculer jusqu’à un demi-litre de sperme. « 

Vous savez qu’il était écrit dans le corps de la cochonne (la truie) qu’un Arédien découvrirait le kaolin (les Chinois n’en parlons pas) et que la porcelaine de Limoges naîtrait à Saint-Yrieix au pays des culs-noirs.

« Marco Polo dit avoir découvert en Chine une céramique fine et translucide, inconnue en Europe. Il la baptise porcelana, car son brillant et son nacré lui font penser à ces coquillages très prisés des Romains et par eux appelés ainsi à cause de leur ressemblance … avec la vulve d’une truie (porcella) « 

Ceux qui fréquentent ce blog savent tous déjà ça.

Une citation extraite du livre :

«  Pour continuer de nous comporter en enfants toujours plus gâtés, nous préférons surtout ne pas connaître les efforts de ceux qui produisent.  » (E. Orsenna)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s