Mes artichauts

En Limousin et Périgord vert, on ne voit pas d’artichauts dans les jardins. Je n’ai pas souvenir que mon père ait tenté d’en cultiver.

L’artichaut c’est la Bretagne ! Ma sœur m’a raconté que dans les camps de Sœur Emmanuelle dans son pays natal, c’était artichaut tous les jours. Et les Arédiennes aimaient ça. Etaient-ils bio ? Aujourd’hui on n’accepterait pas des artichauts tous les jours et j’ai lu les « professions de foi  » (! ?) de tous les candidats aux régionales et départementales. Ils annoncent 100% de bio dans le cantines… Mes artichauts ne sont pas bio certifié comme je ne suis pas écolo patenté. Du coup, il y a souvent des pucerons noirs et des fourmis qui les élèvent. Avant de donner, je les plonge dans des récipients pleins d’eau. … et récupère l’eau pour arroser mes pieds de tomates.

https://saintyrieixlaperche.files.wordpress.com/2019/11/2019-articauts-de-nov.jpg?w=470

Alors arrivé en Bretagne, j’ai acheté un pied d’artichaut. Il a donné de nombreux petits. J’en ai donné. Mais il m’en reste encore pas mal. Et je ne peux consommer ma production. Alors je distribue aux amateurs. En prévenant ! Attention ! prenez des gants costauds et coupez le haut des feuilles qui piquent mieux que des épines.

IMG_20200512_140355

Ces artichauts sont sucrés. Excellents. Mais les fibres de la queue remontent dans le cœur.

Je parlai écologie. Y a un hic. Ces artichauts non seulement me donnent mal au ventre… qui ne cesse que si je pète assez longtemps.

« Le problème avec l’artichaut, c’est qu’il contient de l’inuline, un glucide peu assimilable par l’organisme et qui rend l’artichaut parfois difficile à digérer. Ainsi, lorsqu’il est consommé en trop grande quantité, l’artichaut peut provoquer des troubles intestinaux (gaz, mais aussi ballonnements, constipation…) » https://florijardin.fr/est-ce-que-lartichaut-donne-des-gaz

Et péter ce n’est pas bon pour la planète. Bon pour l’homme m’a dit mon médecin qui est certifié par la faculté.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Artichaut

« 

L’artichaut (Cynara cardunculus var. scolymus (L.) Benth.) est une plante dicotylédone de la famille des Astéracées (ou Composées) appartenant au genre Cynara.

L’artichaut lui-même est un chardon domestiqué et cultivé, de l’espèce Cynara cardunculus, dont la variété sauvage est sans doute Cynara cardunculus var. sylvestris (Lamk.) Fiori, ayant donné naissance à deux formes : C. cardunculus f. cardunculus, le cardon, et C. cardunculus f. scolymus, l’artichaut2. Ces deux formes ont longtemps été considérées comme des espèces différentes.

On désigne sous le nom d’artichaut à la fois la plante entière et sa partie comestible, l’inflorescence en capitule, appelée aussi tête d’artichaut. Le mot, apparu à la Renaissance, est emprunté à son nom arabe الأرضي-شوكي (ʾarḍiyy šawkiyy) par l’intermédiaire du lombard articiocco. »

Le substantif masculin3,4,5 artichaut (prononcé /aʁtiʃo/4) est un emprunt3,4, par l’intermédiaire de l’espagnol3 alcachofa4,6, à l’italien dialectal3,5 du nord3,4 articiocco3,4,5, notamment en usage en Lombardie et au Piémont où il a la forme articiocch, attestée depuis le XVIe siècle4. L’espagnol alcachofa est lui-même issu, probablement par l’intermédiaire de l’hispano-arabe4 haršûfa3,4, de l’arabe3,5 ḥáršafa4 « 

Chaque fois que j’en mange je me souviens d’un groupe d’Anglais visitant l’université de Poitiers dans les années 60. Au RU furent servis des artichauts. Nous avons vu ces étudiants mettre le foin dans leur bouche. Ils n’en avaient encore jamais mangé des artichauts.

Mes artichauts ne sont pas des

« ‘épineux : de forme fuselée, il doit son nom à l’extrémité épineuse de ses bractées ; il est produit au printemps et en été dans les régions génoise et niçoise, ainsi qu’en Sardaigne (spinoso sardo) et en Sicile (épineux de Palerme) ; il se consomme cru ; il est tendre et craquant sous la dent. »

Ils sont devenus épineux à la deuxième récolte.

« L’artichaut est un légume riche en polyphénols : flavonoïdes et acide-phénols

« 

L’artichaut est le légume de France le plus riche en acide chlorogénique (acide 5-O-caféylquinique, 39 % du total des acides chlorogéniques), connu pour ses activités antioxydantes et qui pourrait jouer un rôle dans la prévention du diabète de type II22. Viennent ensuite l’acide 1,5 O-dicaféylquinique (21 %) puis l’acide 3,4 O-dicaféylquinique (11 %). Il contient23 aussi de l’acide 1,3-dicaféylquinique (ou cynarine) mais en très faible quantité (1,5 %), de l’acide malique (0,8 % de la feuille sèche), de l’acide succinique, lactique, fumarique, et citrique.

Les flavonoïdes de l’artichaut sont des flavones (apigénine, lutéoline et leurs hétérosides) et des anthocyanidols (cyanidine, péonidine, delphinidine). Les flavones ont été détectées dans les feuilles et la tête (l’inflorescence) alors que les pigments d’anthocyanidols se trouvent seulement dans la tête qu’ils teintent de couleurs bleus ou pourpres. La lutéoline (ou lutéolol) est un puissant antioxydant jouant un rôle dans la protection contre l’oxydation des lipoprotéines de basse densité LDL. Toutefois, ces flavonoïdes sont des constituants mineurs de l’artichaut puisqu’ils ne représentent que 10 % du total des polyphénols19.
La feuille contient aussi des lactones sesquiterpéniques, libres (aguerine, grosheimine) ou glucosylées qui lui donnent une grande amertume.

Les fructanes (polymères de fructoses) de l’artichaut ont aussi retenu l’attention des nutritionnistes comme fibres alimentaires. On trouve de l’inuline, un fructane hydrosoluble, présent chez les Astéracées, comme la chicorée (Cichorium intybus) ou le pissenlit (Taraxacum officinale). L’inuline traverse l’intestin grêle sans être attaquée par les enzymes et se retrouve intacte dans le côlon. Là, elle est hydrolysée et subit des fermentations par des bactéries. Elle favoriserait le développement des bifidobacterium et aurait donc un effet prébiotique19.

Points forts de l’artichaut : c’est un légume pauvre en lipide et cholestérol. C’est une bonne source24 de niacine (vitamine B3), de magnésium, phosphore, potassium et cuivre et une très bonne source de fibres et de vitamine C.’

‘après les données récentes de U.S. Department of Agriculture (2010), l’activité antioxydante de l’artichaut, mesurée par le test ORACN 1 est excellente. Mis à part les épices et aromates qui caracolent en tête du classement par paramètre ORAC, les parties comestibles d’artichauts sont classées devant tous les autres légumes et à égalité avec les baies rouges (canneberges, mûres, myrtilles). Le « fond » d’artichaut est le légume le plus riche en polyphénols totaux de notre alimentation23, devant le persil et le chou de Bruxelles (en moyenne 321 mg·100g de légume frais, exprimés en acide gallique équivalent). »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s