La musique que j’aime par d’Edgar Morin

J’ai lu « Les souvenirs viennent à ma mémoire », les 762 pages d’Edgar Morin. Il aime chanter. Et nous donne les titres des chansons. Ainsi que d’œuvres musicales. Bien que plus jeune, je constate que ma « playeliste » comme on dit sur France-Inter est proche de la sienne. Je suis donc bien un vieux

Alors, je m’y suis mis.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Quel_mazzolin_di_fiori

« Bien que sans aucune relation avec la guerre, la chanson fut la plus chantée par les alpins durant la Première Guerre mondiale et devint dès lors célèbre dans toute l’Italie1. En 1955-56 émission de radio dominicale de Dino Verde (it) et Renzo Tarabusi (it) pour les forces armées italiennes passa sur les ondes avec le titre de Quel mazzolin di fiori. La chanson fit partie de l’album de Gigliola Cinquetti en 1972 Su e giù per le montagne2 et fut gravée en 1974 dans l’album de Topo Gigio Topo Gigio a Canzonissima. Elle est interprétée en France par Les Compagnons de la chanson et reprise en 2005 sur l’album Nos Jeunes Années publié par Marianne Mélodie

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hymne_de_Garibaldi

« 

Garibaldi est à l’origine de l’hymne dont il demande la réalisation au poète Luigi Mercantini (1821-1872), connu également pour son ode La spigolatrice di Sapri de Carlo Pisacane, une évocation romantique de l’expédition républicaine1 et mazzinienne2.

L’hymne devient populaire après l’unification de l’Italie, surtout parmi les communautés d’émigrants italiens et prend un nouvel essor au moment de la Première Guerre mondiale, et pendant le fascisme quand elle est un des rares hymnes du Risorgimento à ne pas être interdit par le régime. Pendant la résistance, les brigades de partisans communistes (Brigades Garibaldi) l’ont utilisé comme thème de clôture de l’émission Italia combatte diffusée par la station de radio Radio Bari2.’

Versets d’ouverture

Texte italien
Inno di Garibaldi
Traduction littérale
Hymne de Garibaldi
Si scopron le tombe, si levano i morti,
I martiri nostri son tutti risorti
Les tombes sont découvertes, les morts sont ressuscités,
Nos martyrs sont tous ressuscités Refrain
Va’ fuori d’Italia! va’ fuori ch’è l’ora!
Va’ fuori d’Italia! va’ fuori, stranier!
Sortez d’Italie ! Sortez c’est l’heure !
Sortez d’Italie ! Sortez, étranger !

https://es.wikipedia.org/wiki/Cantares_(canci%C3%B3n_de_Joan_Manuel_Serrat)

https://fr.wikipedia.org/wiki/A_las_barricadas

A las barricadas est l’hymne de la Confédération nationale du travail1.

Il est devenu l’un des chants anarchistes les plus populaires pendant la révolution sociale espagnole de 1936 Il se chante sur l’air de La Varsovienne3,4.

https://en.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Padilla_(composer)

José Padilla Sánchez (28 May 1889 in Almería – 25 October 1960 in Madrid), popularly known as Maestro Padilla was a famous Spanish composer and pianist.[1] He was best known for the songs La Violetera and El Relicario, popularized by cuplé singer Raquel Meller, and the pasodoble Valencia

He became famous in France as he composed songs for the Moulin Rouge, like Ça c’est Paris. La Violetera was adapted by Charlie Chaplin for the soundtrack of City Lights (1931).[2][3]

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Violetera

En Espagne, l’interprétation de Raquel Meller a fait la célébrité tant de la chanson comme de la chanteuse. La version interprétée par Sara Montiel a également eu un grand succès, surtout grâce à la popularité du film homonyme de 1958 réalisé par Luis César Amadori. Trente ans plus tard, Sara Montiel réenregistre la chanson en duo avec Montserrat Caballé pour son album Purísimo Sara. En France, La Violetera a figuré au répertoire de Dalida et de Nana Mouskouri, entre autres.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Volare

Nel blu dipinto di blu (prononcé : [nel ˈblu diˈpinto di ˈblu] « Dans le bleu peint en bleu » en italien), plus connue sous le titre Volare (« Voler » en italien), est la chanson phare de Domenico Modugno co-écrite en 1958, avec Franco Migliacci.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Libiamo_ne%27_lieti_calici

https://fr.wikipedia.org/wiki/Funicul%C3%AC_funicul%C3%A0

Funiculì funiculà (prononcé : [funikuˈli funikuˈla]) est une chanson napolitaine dont la musique est composée par Luigi Denza en 1880 sur des paroles en napolitain du journaliste italien Giuseppe Turco (it).

Cette chanson publicitaire est écrite pour commémorer l’inauguration du funiculaire du Vésuve qui eut lieu un an plus tôt.

Amor de mis amores est un titre espagnol signifiant littéralement Amour de mes amours, et qui peut désigner :

  • Amor de mis amores, à l’origine une valse intitulée Que nadie sepa mi sufrir, écrite par deux Argentins (musique d’Ángel Cabral et paroles d’Enrique Dizeo), laquelle a inspiré La Foule, célèbre chanson française adaptée par Michel Rivgauche et interprétée par Édith Piaf en 1957, puis a été reprise par de nombreux interprètes sous le nom Amor de mis amores.

https://fr.wikipedia.org/wiki/El_c%C3%B3ndor_pasa

« 

El cóndor pasa est d’abord une œuvre théâtrale musicale classée traditionnellement comme zarzuela, d’où est extrait l’air de la célèbre chanson du même nom.

La musique a été écrite par le compositeur péruvien Daniel Alomía Robles sur un livret original de Julio de La Paz (pseudonyme du dramaturge liménienN 1 Julio Baudouin) en 1913. Mais la partition ne fut publiée comme composition originale et enregistrée par Robles qu’en 1933 aux États-Unis. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sur_un_march%C3%A9_persan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s