En Limousin on a le loup et du lithium ! on va devenir super écolos.

« 

Selon une récente étude du bureau de recherche géologique, le sol français aurait des ressources non négligeables de lithium, particulièrement dans le Massif Central. Exploiter ces réserves permettrait à la France de produire son propre lithium. Encore faut-il, toutefois, qu’il soit compétitif.

L’oxyde de lithium est présent en quantité non négligeable dans le sol français, mais la recherche sur le sujet n’est que toute récente. Selon le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), une grosse partie de ce lithium (qui doit être transformé par la suite en hydroxyde de lithium pour être utilisé dans les batteries) se trouverait dans le Massif Central, avec 320 000 tonnes dans les sous-sols.

« Le Massif central apparaît clairement comme le domaine le plus prospectif, notamment ses parties ouest, nord, centre et est. Les massifs varisques isolés de la Montagne Noire, des Maures-Tanneron et des Vosges et les massifs cristallins externes des Alpes, le sud du Massif armoricain et dans une moindre mesure le bloc du Léon apparaissent également très favorables« .

Problème : cet oxyde de lithium est contenu dans des roches, et beaucoup plus compliqué à extraire et à transformer par la suite en hydroxyde de lithium. Une compétitivité toute relative de ce lithium français face aux autres producteurs mondiaux.

Le SER (syndicat des énergies renouvelables) aurait toutefois une autre solution, avec la géothermie profonde : « la France pourrait produire l’équivalent de 6 % du marché mondial de lithium ou au moins satisfaire les besoins français » selon le syndicat, qui se sert de l’exemple de l’usine de Roquette, en Alsace. Il serait en effet possible de récupérer 80 % du lithium contenu dans les eaux thermales en profondeur. Avec une dizaine d’usines de ce type, il serait possible de produire 6 % de la consommation mondiale de lithium pour batteries.

Il reste malheureusement plusieurs freins (législatif, économique) à lever avant de pouvoir extraire et traiter ce lithium français. »

On vous parle de l’Alsace, mais les écolos ne vous disent pas que la géothermie a provoqué des tremblements de terre.

Tandis que chez nous c’est du solide. De l’ancien. Du minéral. Un peu rouillé mais solide.

« Dans un rapport titré « Panorama du marché mondial du lithium » rédigé par le BRGM et datant de 2011, les rédacteurs mentionnent  en introduction de leur document les ressources existantes en France. Extrait : [ La France métropolitaine dispose de gisements de minéraux de lithium (essentiellement lépidolite, plus accessoirement pétalite et amblygonite) qui ont été exploités ponctuellement et marginalement pour le lithium dans le nord-ouest du Massif Central – Echassières, Montrebas, Monts d’Ambazac- et d’un gisement inexploité en Bretagne – Tréguennec (Tregeneg) –. Ces gisements sont de dimension modeste à l’échelle mondiale. Seul le gisement d’Echassières est encore exploité actuellement par le groupe Imerys pour le kaolin, avec sables et granulats lithinifères en sous produits. … // … Il existe aussi de petits indices ponctuels de minéraux à lithium en Guyane] »

https://blogs.mediapart.fr/patrig-k/blog/210214/lithium-de-bretagne-et-stockage-energie

On attend les prochaines manifs. On rameutera la population avec des ronds de fumée car bien sûr on va cesser immédiatement (merci Greta ! tu vois on t’écoute !) d’utiliser des iphones, smartphones, car on n’est pas de ceux qui disent comme les anglophones « not in my backyard » (non dans mon coderc pour les vieux Limousins) ou NIMBY (qui est plus moderne)

Bien sûr on continuera à rouler à vélo sans assistance. Même si on se fait traiter de ploucs. Même si par chez nous ça grimpe. Mais des études scientifiques ont démontré qu’on a autant de kilomètres de côte que de descentes. Faut pas se plaindre.

« ce sujet, en 2009, le bureau d’experts indépendants Roskill (Approachable. Independent. Expert). estimait à 285 t la quantité de lithium consommée en 2008 pour les batteries du secteur des transports, essentiellement pour les vélos (en extrapolant les chiffres 2008-2013 de Roskill), soit un total de 14 400 à 18 400 t Li, soit un taux de croissance annuel combiné de 38 à 41.5% à partir des 285 t de 2008. Tous usages de batteries confondus, la consommation aurait été de l’ordre de 5000 t en 2011 et attendue, dans l’hypothèse de base, vers 26 900 t en 2020 (extrapolé de Roskill, 2012), soit une croissance d’environ 18.5% qui est le taux prévu par TRU en 2011. (Université Thompson-Rivers).’

Mine de montebras à Soumans (Creuse)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mine_de_Montebras

Durant l’Antiquité, les Celtes, puis les Romains, exploitèrent des mines d’étain. La découverte de l’étamage est attribuée aux Gaulois Bituriges, qui vivaient dans la région1.

En 1858, le gisement est redécouvert par l’ingénieur des mines François Ernest Mallard. Cette découverte relança l’exploitation de l’étain. La Société des mines d’étain de Montebras fut créée en avril 1867 par Henri Poisson. L’exploitation, effectuée de 1865 à 1877, reprise vers 1891 et de nouveau en 1908, s’étala entre 1868 et 19142. 300 tonnes d’étain furent produites durant cette période. Le site de Montebras contient encore une petite réserve d’étain estimée à 1 000 tonnes.

Le système filonien, où se présente l’étain, constitue un réseau irrégulier et hétérogène d’une cinquantaine de veines encaissées, soit dans la granulite porphyroïde, soit surtout, à son voisinage, dans le granite à pinite. Son importance avait été exagérée à l’ouverture de la mine, selon les géologues3.

Mine de lithine

Au XXe siècle, on exploita l’amblygonite et la montebrasite pour extraire de la lithine encore appelée hydroxyde de lithium2. La montebrasite tire son nom de la mine de Montebras.

Carrière de feldspath

Depuis 1965, Le site est à nouveau ouvert pour l’extraction du feldspath. Il ne s’agit plus de mines souterraines mais d’une carrière à ciel ouvert formant un immense cratère d’un blanc pur. La Société des feldspath du Morvan, qui exploite le site, exporte la production vers l’Italie où elle est utilisée dans l’industrie des céramiques4. La société de Felspaths du Morvan cesse son activité fin 19975.

Le site est actuellement exploité par la société Imerys Ceramics France6 filiale du groupe Imerys.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lithium

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s