« Passé soixante ans, quand on se réveille sans avoir mal quelque part, c’est qu’on est mort. » (Bernard Blier)

3 réponses à “« Passé soixante ans, quand on se réveille sans avoir mal quelque part, c’est qu’on est mort. » (Bernard Blier)

  1. Ce qui est encore plus étonnant c’est qu’on est obligé de se poser la question « où ? » car les douleurs ne sont jamais au même endroit.
    Vous verrez après 80 ans !

  2. Maintenant je sais où je vais les avoir ! quand je scie, que je répare la chasse des toilettes, etc… ou au dos quand je fais le jardin sans parler des cailloux (il suffit de ne pas boire mes 3 litres d’eau et j’ai un rappel automatique).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s