Avec l’écosexualité le Limousin va-t-il se transformer en un vaste lupanar ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cosexualit%C3%A9

L’écosexualité ou l’écologie sexuelle (sexecology, en anglais), aussi connue sous le nom de mouvement écosexe ou ecosex (ecosex, en anglais), est une forme radicale d’activisme écologique basée sur l’idée que la Terre est notre amante (plutôt que notre mère). Ainsi, cette pratique sexuelle invite à prendre soin de son amant(e) (au travers d’une fétichisation de la nature), plutôt qu’à l’exploiter pour ses nombreuses ressources1.

Mais ce n’est qu’en 2008 que l’écosexe fut fondée sous l’impulsion des deux artistes féministe, Elizabeth Stephens et Annie Sprinkle qui se définissent elles-mêmes comme « deux artistes écosexuelles amoureuses ». Elles écrivent un manifeste, qui permet de poser les bases du mouvement, et se déclarent « amantes de la terre, aquaphiles, terraphiles, pyrophiles ou aérophiles »6. Ce manifeste vise à rendre la sexualité « plus sexy, drôle et diverse ». Dès lors, le couple Stephens-Sprinkle organise 14 mariages à travers les États-Unis, autour des éléments naturels comme l’eau, la terre, le vent, le charbon, les pierres. »

Je pense que nos élus du Limousin naturel et du Périgord naturel devraient mettre en avant les capacités de nos régions en matière d’écosexualité.

On aurait enfin de la vie dans nos campagnes. Éleveurs ne craigniez rien !

Comme la demoiselle, j’ai pratiqué dans ce même torrent en Corse. Mais je n’avais pas encore le bon vocabulaire !

Et plus jeune, nous pratiquions dans la Loue au pied du barrage du moulin des cailloux à Saint-Yrieix.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s