A Brive, Sisyphe nu poussant sa pierre, le scandale soulevé par la directrice du collège de filles dans les années 1930

Louis Tamain raconte dans Le temps de l’école, l’histoire de la directrice du lycée de filles qui se trouvait en face de la statue de Sisyphe.

 » Madame la Directrice du collège de jeunes filles exigeait le déplacement du Sisyphe, et , en cas d’impossibilité, une mutilation de l’œuvre qui n’aurait été ni plus ni moins qu’une castration. […]

En quelques semaines, les testicules de Sisyphe connurent une renommée que rien n’eût jamais pu prévoir et furent le point de mire de toute la ville. Ce que l’on n’avait pas, jusque-là, remarqué dans sa relative proportion, sautait maintenant aux yeux de tous. « 

http://www.brivemag.fr/une-cure-de-jouvence-pour-sisyphe/

« Sisyphe a 108 ans. C’est en effet en 1902 que le sculpteur Georges Saulo taille la pierre calcaire pour représenter le personnage mythique nu, courbé contre le rocher qu’il fait rouler. Quelque peu dégradée par les intempéries, la statue fait actuellement l’objet d’un entretien par des spécialistes en la matière.

Victor, deux mois, est au pied de Sisyphe. Ses parents sont à pied d’œuvre. Sophie-Jeanne Vidal juchée sur la sculpture, Frédéric Bourguignon au sol. Ensemble, ils ont créé l’entreprise Nova Cella. L’alliance des compétences d’une spécialiste de la conservation et de la restauration et d’un archéologue. A Brive, ils œuvrent donc sur Sisyphe, installé dans les jardins des archives municipales, mais aussi sur la lionne à l’entrée du musée Labenche et, très bientôt, sur le christ en croix de la collégiale Saint-Martin. »

(c) Brivemag

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s