Et si je signais une « ORE3, une « Obligation réelle environnementale » !

Ça va devenir de plus en plus difficile de venir sur mes terres du Périgord Vert.

Alors il est temps de les réensauvager ! J’ai vu vieillir mon père au fur et à mesure de la diminution de la surface de son jardin. Et la conquête des robiniers faux-acacias, des trembles, etc.

J’ai déjà un tas de branches dans le bois. Il pourrit petit à petit.

Deux troncs de cerisiers qui attirent les piverts.

Des rapiètes sur le mur de la maison, des salamandres dans la cave, une couleuvre verte et jaune de plus d’un mètre de long, des chouettes chouettes, des loriots qui chantent, des renards qui laissent des traces.

Des champignons et pas que des bons.

Des fouines qui montent dans le grenier, des lérots.

Un crapaud sous l’escalier.

Des cussous dans les fruits.

Des taupinières.

Des chauve-souris sous le toit.

Des nids de frelons dans la cheminée.

Ça devrait faire une superbe 0RE !

Je mettrais un beau panneau. Ainsi je n’aurais pas honte de laisser le tout à l’abandon. Au contraire ! je permettrai à un écologiste patenté dans un bureau au balcon fleuri d’atteindre son quota d’ORE. Je n’en serais pas peu fier.

Et j’éviterai qu’un écologiste s’empare des terres des ancêtres et leur phase subir l’écologie en trois phases

https://www.ecologie.gouv.fr/obligation-reelle-environnementale

« 

La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a créé un nouvel outil juridique, permettant aux propriétaires fonciers de faire naître sur leur terrain des obligations durables de protection de l’environnement : l’obligation réelle environnementale (ORE).

Codifiées à l’article L. 132-3 du code de l’environnement, les ORE sont inscrit dans un contrat au terme duquel le propriétaire d’un bien immobilier met en place une protection environnementale attachée à son bien, pour une durée pouvant aller jusqu’à 99 ans. Dans la mesure où les obligations sont attachées au bien, elles perdurent même en cas de changement de propriétaire. La finalité du contrat doit être le maintien, la conservation, la gestion ou la restauration d’éléments de la biodiversité ou de services écosystémiques.

Ainsi, l’ORE est un dispositif foncier de protection de l’environnement qui présente la particularité d’être contractuel et mobilisable par chaque propriétaire foncier, s’il souhaite se saisir des problématiques environnementales.« 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s