« Pas la peine, assurément de changer de gouvernement ! »

Je me souviens de cette chanson écoutée sur les 78 tours de mon copain Claude, Place du Moustier à Saint-Yrieix.

En France, on aime le changement ! et puis ça fait des plaçous. Il faut bien trouver de quoi occuper ceux qui sont virés. En général, des postes de « conseillers » ceux qui ne sont pas les payeurs mais ceux qui sont payés.

Et puis au gouvernement on apprend à gouverner !

Un des deux bateaux est français. Lequel ?

« La fille de Madame Angot, opéra comique en trois actes de Charles Lecocq créé en 1872, censé se dérouler sous le Directoire à l’instabilité politique proverbiale, fut un énorme succès. Si on a oublié les tribulations de Clairette, de son amoureux Pitou et du barbon Pomponnet, on garde forcément le souvenir de son entêtant refrain  » https://www.alternatives-economiques.fr/herve-nathan/peine-assurement-de-changer-de-gouvernement/00093380

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fille_de_madame_Angot

« La Fille de Madame Angot1 est un opéra-comique en trois actes de Charles Lecocq, livret de Clairville, Paul Siraudin et Victor Koning, créé au théâtre des Fantaisies-Parisiennes de Bruxelles le 4 décembre 1872, puis à Paris aux Folies-Dramatiques le 21 février 1873.

L’action se situe à Paris sous le Directoire et est inspirée du personnage traditionnel de « Madame Angot ». Deux personnages de l’intrigue ont une existence historique : Ange Pitou et Mademoiselle Lange. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s