Ostensions de St-Yrieix, Mais que faisait cette vache ?

Je ne suis guère perspicace. Aussi je n’ai pas compris ce que faisait une vache en papier, plutôt moche en tête de la procession des ostensions de Saint-Yrieix.

La vache n’est pas dans les armes de la ville, ni dans celles du Limousin. Nous n’avons pas dans le coin un saint qu’on représente avec une vache. Ou même un fromage ayant un nom de saint, comme Saint Marcellin dans l’Isère. Si notre région avait fusionné avec l’Auvergne, comme il en fut question un temps, j’aurais pu penser à une délégation invitée de Saint Nectaire. Ou encore, pourquoi pas, la reprise de la tradition de Saint Saulge. Avec leur sens des économies, les habitants de Saint Saulge eurent l’idée de hisser une vache à l’aide d’une corde afin qu’elle broute l’herbe accolée sur un flanc du clocher … Et depuis cinquante ans, ils perpétuent cette tradition en mai, à l’occasion de la fête locale et avec une vache factice. La vache à côté du drapeau des ostensions. Pourquoi pas ?

On m’a dit que cette vache en papier était la mascotte de l’école de musique. Étonnant. Certes, on parlait d’un beuglant pour désigner un café-concert dans l’ancien temps. Je sais aussi que l’écoute de Beethoven accroît la production de lait des vaches. Mais en Limousin, nous ne faisons pas des vaches à lait ! Peut-être parce qu’on n’a jamais vu une vache partir avant la fin d’un concert. Il n’y a pas meilleur public, un public rêvé du musicien.

Peut-être que la vache était là pour le 1500 anniversaire de notre bonne ville de Saint-Yrieix. Mais on ne lui avait pas mis un gâteau d’anniversaire sur le dos ou les armes de la ville entre les cornes.

Peut-être qu’il fallait y voir la parabole de l’enfant prodigue de la Bible… de Saint-Yrieix ! Le père serait la ville de Saint-Yrieix.

Ou encore le début d’un défilé du peuple, les éleveurs, les artisans etc. J’ai connu ça lors d’une mission dans les années 50. Le défilé s’était terminé par l’exposition des outils des différents métiers dans les chapelles latérales de l’église.

Mais, il n’y eut dimanche que la vache moche en papier. Même pas une vache ressemblant à une limousine même si elle n’était pas noir et blanche.

Et tous les éleveurs de culs-noirs sont déçus. Les Arédiens ne sont-ils pas tous des culs-noirs ? Et un beau cul-noir aurait rappelé le phrase des anciens limousins :

 » Sans les châtaignes et nos cochons, nous mourrions de faim  »

Mais  le cochon est moins œcuménique que la vache qui peut réunir chrétiens, juifs, musulmans, hindous.

J’ai lu le Popu, mais je n’ai pas trouvé d’explication. Qui m’en donnera ?

Je me suis adressé à l’Unesco. L’Education, la Science et la Culture n’ont pas su me répondre. Une commission va être mise au travail rue Fontenoy. Nous vous tiendrons au courant

En attendant, chantons la vache :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s