Journée mondiale des toilettes (en clair, les chiottes)

Aujourd’hui c’est la journée mondiale des toilettes, en clair, des chiottes, des cabins, la pita aisina, lo retrach*.

http://www.un.org/fr/events/toiletday/

Que sont devenues les pissotières ( los pissadors) et chiottes publics des années 50 à St-Yrieix ? Si sales, si mal odorantes, que ça pissait et chiait un peu partout…ailleurs.

Je me souviens des cabins de l’Ecole primaire à la Caserne. Comme dans presque toutes les maisons de St-Yrieix à l’époque, ils étaient à l’extérieur. C’était bien plus hygiénique. Mais en hiver, on s’y gelait. Je me souviens que je m’y cachais pour éviter le lait chaud plein de peau qui nous était distribué suite à la campagne lancée par Pierre Mendès-France en 1954.

http://www.live2times.com/1954-pierre-mendes-france-annonce-la-distribution-quotidienne-de-lait-dans-les-ecoles-e–10963/

http://bellesplumes.blogs.courrierinternational.com/archive/2007/12/27/le-verre-de-lait.html

Le lait froid est quand même plus agréable !

On se souviendra que, dans ces années, on s’essuyait avec du papier journal. Le comble du confort était de trouver des chiottes avec un crochet auquel étaient accrochés (ben oui, c’est le terme pour un crochet !) des feuilles découpés de journal. Ça vous faisait des fesses noires. Pour des culs noirs c’était du « naturel » ! L’encre était certainement « bio », mais nous ne le savions pas.

Le chemin qui descendait de la rue du marché au Couchou, à gauche de l’épicerie de Nénette Chatard, était parsemé d’étrons, pas seulement de chiens !

A la Colonie de vacances de l’Ile d’Aix, les chiottes dataient de Napoléon. Le trou était impressionnant. Je me souviens que, pour ma première colo comme moniteur, consigne nous avait été donnée de nous assurer que les petits colons (j’avais les plus petits) ne faisaient pas de la rétention par peur de ces chiottes. La session d’avant, il avait fallu en évacuer un d’urgence par hélicoptère pour cause de péritonite. Et la péritonite, je connaissais un peu. Quand j’avais été opéré en urgence de l’appendicite à Arcachon, l’autre lit de ma chambre venait d’être occupé par un patient mort… d’une péritonite.

En Chine, je me souviens avoir vu des chiottes avec, au-dessous, le cochon élevé par la famille, nourri des excréments de ses maîtres. Lors du même séjour, j’avais vu des gens tirer sur les oiseaux dans les arbres des rues. Il m’a été dit que Mao avait proclamé qu’il fallait tuer les oiseaux (parce q’ils  mangeaient les grains). L’écologie a de multiples facettes ! Je repensais alors aux journaux des militants maoistes de Poitiers quand j’étais étudiant.

P.S. Je ne me souviens plus trop de l’emplacement des vespasiennes arédiennes. Si ma mémoire ne me trompe pas, il y en avait Place de la République, Place du marché, en haut de la Place de la Nation.

Est-ce que je me trompe ?

Un lecteur arédien me précise :

 » Celles de la place de la Nation étaient en bas, à l’emplacement de la fontaine actuelle « 

Le Journal des débats parle de Saint-Yrieix et de son hygiène dans l’ancien temps.

https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2014/11/19/saint-yrieix-dans-le-journal-des-debats-du-dimanche-29-mai-1927/

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s